La disparition en ce mois de février 2020, de l’un des acteurs qui oeuvrent pour la Défense de la Constitution en Guinée, inquiète les membres du FNDC, impliqués dans cette lutte contre le changement constitutionnel. Emmanuel Lamah, après avoir reçu des menaces de mort reste jusque-là introuvable. Pour les proches collaborateurs et certains membres de la famille, l’inquiétude réside au fait que ce dernier faisait l’objet de menaces et harcèlement à répétition et “d’intimidation” de la part des “autorités” du pays.

Depuis quelques temps en Guinée, le phénomène d’enlèvement et d’arrestation des leaders et meneur du Front National pour la Défense de la Constitution, pour des destinations inconnues est devenue recurrent à travers tout le pays.

Pour preuve, au cours de ce mois qui précède le référendum, le pays a enregistré la disparition de certains citoyens tant à Conakry, qu’à l’intérieur du pays. Certains sont retrouvés dans des prisons mais d’autres mais d’autres par contre restent introuvables notamment Emmanuel Lamah, un des responsables du FNDC de la région de N’Zérékoré.

Ce défenseur de la Constitution a été accusé d’être l’un des instigateurs qui serait à la base des manifestations du FNDC. Une dynamique qui lutte contre l’organisation d’un quelconque référendum pour le changement de la constitution qui ouvrirait un troisième mandat à l’actuel président de la République de Guinée.

Pour certainement, échapper à ses détracteurs qui ne sont nul que les acteurs de la “mouvance présidentielle” qui sont favorables au changement constitutionnel, celui qui est indexé comme étant le cerveau à la base de multiples soulèvements populaires dans la région de N’Zérékoré, aurait pris la fuite car craignant pour sa sécurité.

Pour d’autres Emmanuel serait victime d’un enlèvement suite à une descente imprévue qui l’aurait conduit dans l’une des multiples maisons de détention dont la plus célèbre se trouve être à Soronkoni, dans Kankan.

Pour en savoir d’avantage dans cette affaire, nous avons approché ses proches notamment les membres de sa famille. Mais toutes nos tentatives d’obtention d’informations non pas porté fruit.

Pour la famille, Emmanuel Lamah serait “kidnappé” ou amené par des “assaillants” qui se trouvent être des hommes “cagoulés en tenue” d’Homme de loi et envoyé le plus souvent par les gouvernements.

Depuis donc, sa disparition au mois de février en Guinée, aucune information n’a jusque-là été révélée par rapport à sa destination tant du côté des autorités que des parents.

A rappeler que ce même Emmanuel Lamah du FNDC, d’après nos informations avait échappé belle au “massacre” de Cosa (Ratoma), qui avait occasionné aussi la mort de cinq personnes dont le professeur Julien Onivogui.

Planetenews.info

(00224) 622-209-207

Sow88oumar@gmail.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici