Au moins 158 personnes, dont 35 étrangers, ont été tuées dimanche dans une série d’explosions dans des hôtels de luxe et des églises du Sri Lanka où était célébrée la messe de Pâques, a annoncé la police.

Le bilan pourrait encore s’aggraver car on dénombre plus de 300 blessés dans ces attaques d’une violence exceptionnelle, dont la nature n’était pas connue et qui n’ont pas été revendiquées dans l’immédiat. Cet épisode de violence est le plus meurtrier dans le pays depuis la fin de la guerre civile il y a dix ans.

À Colombo, trois hôtels haut de gamme en front de mer et une église ont été frappés dans la matinée, des attaques faisant au moins 64 morts, selon une source policière.

Dans l’après-midi, au moins deux personnes ont péri dans une nouvelle explosion dans un quatrième hôtel, situé celui-là à Dehiwala, une banlieue du sud de la capitale.

À Negombo, localité au nord de Colombo, 67 personnes ont trouvé dans la mort dans l’église Saint-Sébastien et 25 autres dans une église à Batticaloa, une ville de l’est de l’île, selon la même source.

Au moins 35 étrangers figurent parmi les morts, dans ce pays prisés des touristes internationaux, parmi lesquels un Portugais.

Sur Twitter, l’ambassade de France au Sri Lanka a exhorté ses ressortissants à se tenir “éloignés des lieux publics” et à éviter “tout déplacement”.

Avec AFP

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici