Le Premier ministre éthiopien a quitté la capitale pour le champ de bataille. L’annonce a été faite mercredi 24 novembre par le gouvernement éthiopien. Même si aucune image du prix Nobel de la paix au front n’a encore été publiée.

Face à l’avancée des rebelles du Tigré qui se rapprocheraient d’Addis-Abeba, Abiy Ahmed, ancien soldat de 45 ans, avait annoncé lundi son intention de troquer son costume de chef de gouvernement contre l’uniforme militaire. Tout en appelant son pays à la mobilisation pour défendre le pays.

‘’ J’ai été stupéfait quand j’ai entendu. Quand un leader quitte son fauteuil, son autorité, son trône, c’est pour sauver son pays. Son objectif n’est pas de vivre, mais de sauver ce pays, et j’ai pleuré lorsqu’il a dit “suivez-moi” et qu’il est parti au front.”, Tesfaye Sherefa, un citoyen éthiopien.

Un brin d’optimisme en temps de guerre. Alors que des puissances occidentales ont demandé à leurs ressortissants à quitter immédiatement l’Ethiopie craignant notamment le déclenchement des hostilités dans la capitale.

L’ONU entamera jeudi l’évacuation les familles de ses employés étrangers. Signe que les armes semblent prendre le dessus sur les appels au cessez-le-feu lancé par la communauté internationale.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici